Publications de Presse Burundaise, Rohero I Avenue de la JRR N°17 Immeuble le SAVONNIER, Téléphone standard : (257) 22 22 62 32, Fax :(257) 22 22 58 94, email: pressequotidienne@yahoo.fr

Economie, Sciences, Education/formation

COALITION BAFASHEBIGE> Atelier de renforcement des capacités

La technique de plaidoyer et de gestion financière

 

DSCI6358Dans le but d’aider les membres des Organisations de la Société civile(OSC) dans la technique de plaidoyer et de gestion financière, la coalition Bafashebige a organisé à Bujumbura du 6 au 8 juin 2018, un atelier de renforcement des capacités à Bujumbura, à l’intention de ses membres et ceux des OSC.

 

Dans son mot d’ouverture, le président de la coalition Bafashebige, Jean Samandari a remercié tous les participants pour avoir répondu à l’invitation. Il a saisi cette occasion pour remercier vivement l’Ancefa (le Réseau africain pour l’éducation pour tous) et Oxfam Ghana qui ont bien voulu financer cet atelier à travers le plan d’Appui régional de la coalition Bafashebige et Action Aid international Burundi qui a accepté de faire le suivi dudit plan.Le Réseau africain pour l’éducation pour tous a pour objectif de promouvoir et de renforcer la capacité de la Société civile africaine, de plaider et de faire campagne en faveur de l’éducation gratuite pour tous afin de promouvoir une éducation de qualité, gratuite pour tous les peuples africains. Cet atelier a pour objectif de renforcer les capacités des membres de la coalition Bafashebige en technique des plaidoyers et en techniques de gestion financière qui s’avèrent très importantes, afin que demain ou après demain, nous puissions arriver  à notre objectif qui est l’éducation pour tous, ajoute M. Samandari.«En matière d’éducation, nous devons faire des stratégies des intervenants, auprès du ministère ayant l’éducation dans ses attributions, mais aussi renforcer les capacités de nos organisations en matière de gestion financière puisque les activités que nous réalisons sont financées par nos partenaires. Et quand ces derniers ont disponibilisé des moyens financiers, il faut que les organisations sachent comment les utiliser», ajoute-il.Pour les OSC qui manquent de financements, le président de la coalition Bafashebige les a tranquillisés, il a rappelé que les temps ont changé depuis deux ans, le contexte sociopolitique a changé,  on attend un retour progressif des partenaires techniques et financiers. Il croit que demain ou après demain, les partenaires techniques traditionnels vont appuyer les OSC,   membres de la coalition, pour qu’ils prennent en compte que quand ils obtiennent des financements, ils savent comment les gérer. 
Aline Nshimirimana

Ouvrir