Publications de Presse Burundaise, Rohero I Avenue de la JRR N°17 Immeuble le SAVONNIER, Téléphone standard : (257) 22 22 62 32, Fax :(257) 22 22 58 94, email: pressequotidienne@yahoo.fr

Economie, Sciences, Education/formation

EDUCATION> Les défis de la réforme

Pour l’amélioration du système éducatif burundais

 

DSC02491Le ministère en charge de l’éducation, à travers la coalition Bafashebige, a organisé un atelier sur la nouvelle réforme du secteur de l’éducation. La nouvelle réforme a pas mal de défis à relever notamment la persistance d’un nombre élevé d’enfant dans une classe, la disparité géographique, des abandons scolaires sont autant d’entrave qui ont besoin d’être relevé. C’est ce qui  ressort d’un atelier organisé par la coalition Bafashebige en date du 1er juin 2018 à l’endroit de ses membres. 

 

Le Burundi a entamé depuis un temps une réforme du système éducatif en vue de s’adapter à l’évolution du monde. C’est dans ce cadre que l’enseignement fondamental a été introduit. Le système éducatif actuel présente pas mal de défis que la coalition a voulu relevé au moment de l’atelier et aux jours à venir. Il a été remarqué que seulement 17% des enfants sont en première année de l’école primaire, alors que ceux de 6 à 7 ans, entre 19 et 20% ne sont pas  scolarisés. Selon la déclaration universelle des droits de l’Homme, article 26, toute personne a droit à l’éducation. Cette dernière doit être gratuite, au moins en ce qui concerne l’enseignement  élémentaire et fondamental. Un autre problème relevé, c’est celui de la disparité géographique. La ville de Bujumbura regorge beaucoup d’élève par rapport aux autres coins du pays. Selon les participants à la formation, les bailleurs ne voient pas le caractère vulnérable de la ville de Bujumbura. Les abandons scolaires surtout pour les filles sont aussi autant de défis qui hantent le secteur de l’éducation actuel. Ces abandons sont dus principalement aux grossesses- non désirés pour les filles. Les participants ont suggéré qu’il y ait une éducation sexuelle complète à chaque cycle pour essayer de les diminuer. Mais il ne faut pas oublier que les abandons peuvent être causés par la famine, des élèvent qui viennent à l’école sans rien manger, des fois ne résistent pas tous. Un système de cantine scolaire a été mis en place par le ministère de tutelle, mais ces cantines se trouvent seulement dans les écoles pilotes. Il a été demandé que ces cantines soient éparpillées partout dans le pays puisque les abandons dus à la famine se remarquent partout dans le pays. 

ALINE NSHIMIRIMANA

Ouvrir