Publications de Presse Burundaise, Rohero I Avenue de la JRR N°17 Immeuble le SAVONNIER, Téléphone standard : (257) 22 22 62 32, Fax :(257) 22 22 58 94, email: pressequotidienne@yahoo.fr

Economie, Sciences, Education/formation

COALITION BAFASHEBIGE> Atelier de formation

La nouvelle réforme du secteur de l’éducation

 

DSC02483La Coalition pour l’éducation pour tous «Bafashebige » en collaboration avec l’Action Aid Burundi, l’Ancefa et l’Unesco a organisé un atelier de formation des organisations de la société civile (OSC) de la coalition EPT Bafashebige en date du 1er juin 2018, sur la nouvelle réforme du secteur de l’Education.  

 

Dans son mot d’ouverture, Jean Samandari, président de la Coalition Bafashebige a remercié tous les participants d’avoir répondu à l’invitation. Il a saisi cette occasion pour remercier vivement l’Ancefa qui a bien voulu financer cet atelier à travers le Plan d’Appui régional de la Coalition Bafashebige et l’Action Aid international Burundi qui a accepté de faire le suivi dudit plan. Cependant, le président de la coalition Bafashebige a procédé à la présentation de cette dernière à ses membres. Il est membre d’Ancefa, et a été créé en avril 2004 par des organisations de la société civile engagées dans la campagne en faveur de l’éducation pour tous dans le but d’agir en synergie dans les activités de campagne et de stratégie commune de plaidoyer en vue d’influencer favorablement les politiques éducatives du Burundi.D’après la Déclaration universelle des droits de Homme (DUDH), article 26, al. 2 « toute personne a droit à l’éducation. L’éducation doit être gratuite, au moins en ce qui concerne l’enseignement élémentaire et fondamental. L’enseignement élémentaire est obligatoire», précise M. Samandari. Soucieuse d’une éducation inclusive au Burundi et dans le souci d’apporter sa contribution aux vastes chantiers en cours dans le secteur éducatif burundais, la coalition Bafashebige veut renforcer les capacités des OSC membres dans le domaine de l’éducation. Le vaste chantier des réformes a une double visée : améliorer son système éducatif tout en se conformant aux standards internationaux devenus une exigence. Pour s’inscrire dans la droite ligne des réformes du système éducatif au Burundi, et comme les curricula de l’enseignement fondamental ont déjà été fixés, il est nécessaire d’assurer la continuité de la réforme, en fixant ceux en rapport avec l’enseignement post fondamental, précise-t-il.Il a ensuite souhaité une bonne participation et une bonne compréhension des sujets qui vont être débattus. 

Aline Nshimirimana

Ouvrir