Publications de Presse Burundaise, Rohero I Avenue de la JRR N°17 Immeuble le SAVONNIER, Téléphone standard : (257) 22 22 62 32, Fax :(257) 22 22 58 94, email: pressequotidienne@yahoo.fr

Economie, Sciences, Education/formation

COMMUNE BUKEMBA> Activités génératrices de revenus

La culture et  la commercialisation de la canne à sucre parmi les principales activités

 

Suivant les différentes  régions naturelles qui constituent le Burundi, chacune d’entre elles possède des activités qualifiées  d’ activités génératrices de revenus et dont la vie des populations dépend. Il s’agit, par exemple, de la commune Bukemba de la province de Rutana, dans la région naturelle du Kumoso. A part les autres cultures  qualifiées de petites nécessités, la culture et la commercialisation de la canne à sucre fait partie des activités génératrices de revenus.  

 

Dans un entretien accordé à la rédaction  du journal le Renouveau, des habitants de la commune Bukemba dans la province de Rutana, précisément dans la région naturelle du Moso, ont d’abord indiqué que toutes les communes de la province de Rutana en général et la commune Bukemba en particulier, sont productives de presque toutes les cultures à savoir le haricot, le manioc, la patate douce, l’arachide et d’autres.  « Mais, une chose spéciale pour notre commune et surtout toute la région, la canne à sucre est une culture qui procure plus de revenus que les autres cultures à la population de Bukemba. Car, on ne peut trouver aucun ménage qui ne dispose pas au moins d’un champ de cette culture qualifiée de grande nécessité pour les gens de cette localité, voire même de la région », ont-ils mentionné. Ces derniers ont ensuite informé que tout cela est lié à la Société sucrière du Moso (Sosumo) qui a été implantée dans cette région pour la transformation du sucre. Ils ont également signalé que la population de cette commune profite de cette usine pour le développement de cette culture afin de vendre la récolte. « Et même si la production est périodique, nous sommes contents des revenus obtenus. Car, ces derniers nous aident dans la subvention des différents besoins de nos familles comme les frais de scolarité des enfants et d’autres. Ils ont enfin informé qu’à part cette commercialisation de ce produit alimentaire et industriel, il peut également servir pour la consommation dans presque tous les ménages. Pour terminer, Nicodème Bigirimana, l’un de nos interlocuteurs, a  demandé aux populations de songer à développer cette culture de rente pour qu’ils puissent accroître leurs revenus et améliorer les conditions de vie.    Avit Ndayiragije

Ouvrir