Publications de Presse Burundaise, Rohero I Avenue de la JRR N°17 Immeuble le SAVONNIER, Téléphone standard : (257) 22 22 62 32, Fax :(257) 22 22 58 94, email: pressequotidienne@yahoo.fr

Articles

MINISTERE DE LA JUSTICE> Point de presse sur la lutte contre la corruption

Tous les serviteurs du ministère de la Justice doivent prêcher par le bon exemple

 

Dans un point de presse animé par la ministre de la Justice Aimée Laurentine Kanyana ce lundi 14 mars 2016, elle a confirmé l’existence de la corruption au sein de ce ministère. Elle a annoncé que des sanctions allant jusqu’à la révocation vont être envisagées à l’encontre des magistrats qui se rendront coupables de cette infraction.

DSC 7981Après un semestre à la tête du ministère, la ministre de la Justice et garde des sceaux Aimée Laurentine Kanyana a porté à la connaissance du public et du personnel sa position sur la lutte contre la corruption dans un point de presse qu’elle a animé ce lundi 14 mars 2016 à son cabinet. « Aujourd’hui, la corruption est une maladie dont la vitesse de contamination est comme une fonction exponentielle. A mon entendement, il est difficile de traiter de l’infraction de corruption lorsqu’on est corrompu. A cet effet, je voudrais inviter tous les serviteurs du ministère de la Justice à prêcher par le bon exemple. Cela voudrait dire que l’exemple de ne pas se laisser corrompre ou de ne pas demander des pots-de-vin est une arme efficace de mener le combat contre la corruption », a-t-elle dit.
Ainsi, Mme Kanyana a indiqué que depuis sa nomination à la tête du ministère de la Justice jusqu’ à ce jour, il y a plus de six mois, elle a eu le temps de lire les dossiers et d’observer le comportement des uns et des autres. Bien que pour certains, cette période semble être courte pour faire une évaluation. «En effet, durant cette période les doléances qui me sont rapportées, les lettres que je reçois ou les arrêts et les jugements que je lis, il transpire une certaine corruption au sein de la justice. Les mal jugés ternissent la noble profession de magistrat », a-t-elle expliqué.

Passer l’éponge sur toutes les fautes professionnelles

Elle a rappelé que quoique depuis la loi no1/100 du 6 mai 1975 portant organisation et compétence de la chambre de la cour des comptes ainsi que d’autres lois qui ont suivi jusqu’à la création actuelle de la cour anti-corruption en 2006, le gouvernement du Burundi a toujours concrétisé sa volonté de lutter contre la corruption.
La Ministre Kanyana a affirmé qu’elle voudrait dire à tous les serviteurs du ministère de la justice, comme elle l’a déjà annoncé dans la réunion qu’elle a tenu à Ngozi le 23 février 2016 à l’intention des magistrats de ce ressort qu’elle passe l’éponge sur toutes les fautes professionnelles qu’elle a pu entendre sur tel ou tel autre magistrat pour lancer un nouvel élan de renouveau de la justice.
« Je veux une justice qui réponde à sa mission constitutionnelle, une mission de régulation des conflits et que tout citoyen le ressente jusqu’à son niveau», a-t-elle réitéré. Elle a informé qu’un serviteur de la justice qui se comportera en marge de cette invitation sera immédiatement sanctionné sans autre forme de procès comme son excellence le président de la République l’a exprimé au cours de la réunion sur la sécurité le vendredi 04 mars 2016.
Vincent Mbonihankuye

Ouvrir